ALERTE MICAH!

BAISSE DES PRIX DES PRODUITS PETROLIERS: LA LIGUE DES CONSOMMATEURS TOGOLAIS DENONCE « UN JEU DE FANTAISIE » DU GOUVERNEMENT

Plus de deux semaines après la dernière baisse des prix des produits pétroliers, il convient de s’interroger sur les retombées de celle-ci pour les populations. Si dans l’euphorie de l’annonce de la nouvelle l’opinion l’avait accueilli favorablement, y avait-il vraiment matière à se réjouir ? Cette baisse profite-t-elle vraiment au citoyen lambda ? Quel en est l’incidence sur le panier de la ménagère ? Comment le gouvernement justifie-t-il la non diminution des prix du gaz butane à usage domestique ? Pour lever le mystère sur toutes ces interrogations, la Radio Micah (RM) a tendu son micro à M. Emmanuel SOGADJI, président de la Ligue des Consommateurs Togolais (LCT). L’homme aborde sans complaisance ces sujets ; à la manière des responsables des associations de ce genre. Lisez plutôt…

Radio Micah : Comment la LCT a-t-elle accueilli la dernière baisse des prix des produits pétroliers au Togo ?

M. SOGADJI : Bien que nous ne sommes pas satisfaits du niveau de ces réductions, nous pensons que c’est un acquis et en prenons acte. Toutefois nous fustigeons la manière dont le gouvernement procède à ces réductions qui s’apparente à un jeu de fantaisie ; parce qu’on ne peut pas faire des réductions juste parce que les Togolais ou les associations des consommateurs en font la demande mais encore faudrait-il que les réductions reflètent réellement la vérité des prix à l’échelle internationale. Ce qui n’est pas le cas.

Selon vous, cette baisse profite-t-elle réellement aux populations ? En clair, la baisse a-t-elle une incidence sur le panier de la ménagère ?

Ces réductions sont loin d’être profitables à proprement parler à la population dans son ensemble. Elle ne profite qu’à ceux qui ont leurs propres engins, aux propriétaires des sociétés de transports en commun et aux sociétés qui utilisent les produits pétroliers dans leur chaine de production. Quant au reste de la population, aucun impact. Car depuis que ces baisses sont intervenues, les prix des matières premières et des produits finis sont restés intact sur le marché. De même pour les frais de transport. Normalement, vu les baisses effectuées depuis l’année passée jusqu’aujourd’hui, les prix des autres produits devraient aussi connaitre des baisses car les coûts de production sont amoindris. Mais, malheureusement les choses continuent de coûter cher. Certains vont même jusqu’à augmenter les prix de leurs produits. Donc, pour répondre à votre question, cette dernière baisse n’a aucune incidence sur le panier de la ménagère.

Que pense la LCT de la non diminution des prix du gaz butane à usage domestique ?

Le fait de maintenir les prix du gaz butane comme ils sont depuis 2014, est tout simplement scandaleux. Le gouvernement ne peut pas aller signer des engagements à la COP21 en faveur de la protection de l’environnement et continuer par vendre le gaz butane si cher aux populations. Pour protéger l’environnement, il faut limiter la déforestation. Pour limiter la déforestation il faut empêcher la production en masse du charbon de bois que nous utilisons dans nos foyers. Et pour y parvenir il faut encourager l’usage du gaz butane domestique. Paradoxalement, les prix du gaz sont hors de portée des populations pour les populations togolaises.

Comment le gouvernement justifie-t-il le maintien des prix du gaz à ce niveau ?

Vous savez tout comme moi que le gouvernement est un grand muet. Il ne se justifie jamais. Aucune explication officielle. Il se contente juste de dire qu’il pratique la vérité des prix. Mais des indiscrétions, on entend que c’est parce que les prix du gaz butane n’ont pas connus de baisse au plan international. Ce qui est faux.

La LCT entrevoit-elle des actions pour amener le gouvernement à revoir à la baisse les prix du gaz butane ou vous en prenez tout simplement acte ?

La LCT a toujours exigé que les prix du gaz butane connaissent aussi des baisses et dans toutes nos déclarations et prise de positions publiques nous sommes constants là-dessus. Maintenant que le gouvernement ne le fait pas, nous sommes en train de réfléchir pour voir ce qu’il faut faire pour l’y contraindre. Mais nous ne tarderons pas à communiquer sur nos prochaines démarches en ce sens-là. Nous sommes aussi en train de voir comment faire pour joindre les autres associations qui sont dans le domaine de la protection de l’environnement pour qu’il y ait unicité d’actions afin que l’action soit de plus grande portée. Parce que c’est aussi une question environnementale et ça les concerne Ce n’est pas parce que nous sommes une association de défense des droits des consommateurs qu’il nous revient de tout faire seul. Les associations spécialistes de l’environnement ont aussi leur partition à jouer.

Justement, parlant d’actions, d’aucuns pensent que vous ne jouez pas pleinement votre rôle et vous accusent de vous montrer trop complaisant vis-à-vis du gouvernement. Que répondez-vous ?

Je n’ai pas vraiment connaissance de ces accusations et si c’est vrai, cela ne me dit rien. Vous savez, dans ce monde, lors que tu veux faire du bien, tu ne peux échapper aux critiques. Nous avons opté pour servir la population, et on se fiche de ce que les gens peuvent dire. Malgré le jeune âge de notre association, nos œuvres parlent d’elles-mêmes. Ce que ces gens oublient c’est qu’une association comme la nôtre n’est pas une association ordinaire. Etre une association de défense des droits des consommateurs c’est être contre les intérêts des opérateurs économiques. Et vous savez ce dont est capable les hommes d’affaires envers ceux qui sont contre leurs intérêts ! Nous avons un combat à mener et c’est celui de faire améliorer la vie consumériste pour les populations. Du reste nous en faisons fie… Fin 


Au moment où nous bouclons cette interview, des informations font état de ce que les prix du gaz butane viennent d’être revus à la hausse. Ironie du sort ? Nous y reviendrons.


Marcel AKONARO




Aucun commentaire