AGRI INFO

Ads[none]

Ads[none]

mardi, août 16, 2016

CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA JEUNESSE AU TOGO

LES BOURSIERS DU MANDELA WASHINGTON FELLOWSHIP ONT ORGANISE UNE JOURNEE EN L’HONNEUR DE LA JENESSE TOGOLAISE


En prélude à la journée internationale de la jeunesse célébrée chaque 12 août de l’année, les boursiers du Mandela Washington Fellowship (Young African Leaders Initiative-YALI) ont organisé une journée sur divers thèmes en faveur de la jeunesse togolaise. C’est la salle de conférence du SAZOF (Lomé) qui a accueilli l’évènement ce mardi 9 août 2016.

La salle de conférence du SAZOF était archicomble de monde ce mardi 9 août 2016. La jeunesse togolaise était à l’honneur. Les boursiers du programme Young African Leaders Initiative(YALI), avec l’appui de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Togo ont organisé une série de tables-rondes, d’ateliers et de conférences-débats pour marquer la journée internationale de la jeunesse qui devait être célébrée trois jours plus tard, le 12 août.

Les activités ont démarré dès 9 heures par une table ronde axée sur le thème « engagement politique, économique et sociale des jeunes filles au Togo, Etat des lieux, obstacles et approches de solution ». Pour en parler, les organisateurs ont fait appel à quatre femmes qui ont fait leurs preuves en matière de leadership et de réussite dans leurs domaines respectifs. Il s’agit de Mme GBADEGBEGNON,  Mme AQUEREBURU, Mme Epiphanie HOUMEY et de Mme Christine Agnélé MENSAH. Ce fut un grand moment d’échanges riches en enseignements pour l’auditoire composé essentiellement de jeunes. Au cours des débats, les animatrices ont été toutes unanimes pour dire aux jeunes filles togolaises de se débarrasser de tous les préjugés et stéréotypes qui les maintiennent encore dans la position de « sexe faible », incapables de faire des exploits au même titre que les hommes. Pour y parvenir, il va de soi qu’elles doivent  jouir d’une bonne santé. Elles doivent aussi et surtout éviter les grossesses précoces et non désirées qui constituent l’un des freins majeurs à l’épanouissement de la femme de nos jours. C’est pourquoi, les organisateurs ont prévu une conférence-débat sur la « santé et éducation de la jeune fille : contraception, prévention du cancer de sein et autres ». Ce thème a été présenté par le docteur GONCALVES, obstétricien de son état. « Il faut choisir de tomber enceinte et non que la grossesse vous tombe dessus » a martelé le docteur en guise de leitmotiv à l’endroit des jeunes filles. Et pour ce faire, M. GONCALVES n’a pas manqué d’apprendre aux jeunes filles, les méthodes les plus efficaces de contraception qui vont de l’auto-observation aux préservatifs en passant par les spermicides. Si toutes les méthodes citées sont efficaces, le docteur trouves cependant l’usage des préservatifs et l’auto-observation plus recommandables et se montre dubitatif envers les spermicides, surtout la pilule dite « pilule du lendemain » qui selon lui peut engendrer des conséquences fâcheuses pour la femme en ce qui concerne la fertilité. Quant au cancer du sein, l’homme de santé fait court. Il recommande juste un test dès l’âge de 9 ans aux jeunes filles.

Les organisateurs n’avaient pas que prévu des thèmes concernant la jeune fille. Il y avait aussi des thèmes d’intérêt général. Comme cette conférence sur la « jeunesse et corruption » présentée par M. Joël AMEYOU, un juriste. L’homme débute avec des chiffres et statistiques effarants et bouleversants. De ses propos, on note que « le Togo est le 10ème pays le plus pauvre de la planète, le Togo est le pays où il y a le moins d’installations sanitaires au monde, notre pays a été classé plusieurs fois comme le pays où les gens sont les plus malheureux, nous sommes en tête des pays où il y a plus de flux financiers illicites, … ». Des records qui montrent les effets néfastes de la corruption et qui justifient la situation des moins reluisantes dans laquelle se trouve notre pays. Pour rectifier le tir, M. AMEYOU pense que les Togolais doivent accepter de payer le prix. Et pour lui, payer le prix implique qu’il faut d’ores et déjà que les jeunes commencent à adopter de nouvelles habitudes telles que : le refus de la compromission et celui de payer ou de recevoir les pots de vin, l’éducation politique et citoyenne. Le conférencier poursuit en recommandant à la jeunesse d’être le changement qu’ils veulent ; ainsi, « plutôt que le changement viennent de la présidence de la république, c’est le changement qui marchera vers la présidence et s’y installera pour toujours », conclut-il sur un air d’espoir. La conférence suivante s’inscrit dans la même logique. Elle a pour thème les « différentes formes de participation des jeunes : jeunesse et citoyenneté ». C’est à M. Abdel-Hamid BEIMA que l’honneur a chu de la présenter. Selon lui, être citoyen, c’est avoir des droits et des devoirs et se sentir concerné par les activités qui ont cours dans sa communauté. Et être citoyen selon M. BEIMA, c’est aussi s’engager politiquement et socialement tout en faisant preuve d’amour et de solidarité envers ses concitoyens. Pour illustrer ses propos, il donne l’exemple des USA où l’on inculque aux enfants dès le bas âge, l’amour de la patrie, les travaux d’intérêt général et la solidarité envers les autres. Il souhaiterait la même éducation au Togo. Et l’on ne peut parler d’éducation, de développement et d’engagement de nos jours et faire abstraction des médias. Les organisateurs ne l’ignorent pas. C’est pourquoi ils ont prévu une conférence sur les « jeunes et médias ». Pour M. Sylvio COMBEY  qui présentait ce thème, nous sommes en pleine révolution technologique et les médias sont un vecteur de développement puissant. S’en passer selon lui serait synonyme de ramer à contre-courant de l’histoire. Pour cela les jeunes devraient se familiariser à l’utilisation des médias ; surtout ceux dits « nouveaux médias ».

L’un des moments les plus animés de la journée reste incontestablement l’atelier sur « la confiance en soi et l’art oratoire ». M. André Kagni AFANOU qui l’animait a été accueilli telle une rock star par des ovations bien nourries de l’auditoire qui semble en être avide. Et cela dénote de  l’importance que revêt ce thème pour les jeunes. Sur la confiance en soi, M. AFANOU croit que nul ne peut parvenir à accomplir une œuvre s’il n’est pas animé d’une profonde estime de soi et d’un réconfort intérieur. C’est pourquoi il conseille fortement  aux jeunes d’avoir confiance en leurs potentiels et en leurs capacités. Concernant l’art oratoire, il pense que les jeunes doivent maîtriser les principes fondamentaux de prise de parole en public. Et l’un de ces principes selon lui est la maîtrise parfaite de son sujet. Pour cela il conseille aux jeunes d’approfondir leurs connaissances dans leurs spécialités. Ainsi, ils pourront en parler avec aisance et éloquence si l’occasion venait à leur être offerte. Dans la foulée, un concours d’art oratoire a été organisé à l’endroit des jeunes filles. Le concours mettait au prise cinq jeunes étudiantes. Des cinq filles en lice, la nommée Doria Ablavi ATSINOU a été sacrée lauréate. Ainsi aurait été marquée la journée internationale de la jeunesse au Togo.

Le programme Mandela Washington Fellowship (Young African Leaders Initiative-YALI) est une bourse instituée par le gouvernement américain et qui offre l’opportunité à plus de 1000 jeunes africains de voyager en Amérique pour se perfectionner dans leurs domaines d’activité et de s’enquérir de l’expérience américaine pendant six semaines, chaque année. Ce programme a vu le jour en 2010 et a pour but d’encourager l’entrepreneuriat des jeunes africains, de faciliter le contact entre le peuple américain et ceux de l’Afrique et enfin de favoriser le transfert de technologie. Etant donné que cette bourse est l’œuvre du président Barack Obama, d’aucuns craignent qu’elle disparaisse après le départ de ce dernier de la maison blanche en novembre prochain. Interrogé sur cette question à la fin des activités, l’ambassadeur des USA au Togo M. Gilmour rassure : « Oui, je pense que le programme YALI va continuer. C’est dans l’intérêt national des USA de maintenir le contact avec l’Afrique et d’encourager les jeunes leaders africains. Donc je suis optimiste que ce programme va continuer après Obama ». Vivement que le congrès américain accepte de l’inclure au budget après la départ de son initiateur.


Marcel AKONARO






CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA JEUNESSE AU TOGO Reviewed by Radio Micah on mardi, août 16, 2016 Rating: 5 LES BOURSIERS DU MANDELA WASHINGTON FELLOWSHIP ONT ORGANISE UNE JOURNEE EN L’HONNEUR DE LA JENESSE TOGOLAISE En prélude à la journé...

Réactions :

Aucun commentaire:

Ads[none]