ALERTE MICAH!

QU’EST-CE QUE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE ?

La population mondiale ne cesse de croître. L’agriculture traditionnelle ne peut plus à elle seule couvrir la totalité des besoins alimentaires des Hommes. Il faut relever ce défi. L’agriculture industrielle et intensive s’impose donc comme l’alternative, avec ses corolaires en matière de dégradation de l’écosystème. L’usage de pesticides et engrais apparaît donc dans l’agriculture. Conscients des conséquences nuisibles de cette « nouvelle agriculture » sur l’écosystème et par conséquent sur l’homme, de plus en plus de voix s’élèvent pour interpeller les agriculteurs sur la nécessité de retourner à une agriculture biologique, plus respectueuse de l’écosystème ; en adoptant cette fois-ci, de nouvelles méthodes simples mais efficaces, afin de parvenir à produire quantitativement mais aussi qualitativement. Qu’entend-on donc par l’agriculture biologique ?
L’agriculture biologique est une méthode de production agricole qui exclut le recours aux produits chimiques, utilisés notamment par l'agriculture industrielle et intensive mais aussi par les organismes génétiquement modifiés (OGM). L’agriculture biologique a pour objectif de mieux respecter le vivant et l'environnement. Elle vise également à gérer de façon globale la production en favorisant l'agrosystème et la biodiversité, les activités biologiques des sols et les cycles biologiques. Elle s'oppose donc à l'agriculture dite « conventionnelle » ou industrielle.
Des rapports de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont montré que les produits bios comportent des teneurs moindres en nitrates et en résidus de pesticides que les produits non bios.
De même, selon des études menées par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), « seuls 2% des échantillons bios analysés par la France contenaient des traces de pesticides, contre 37,74% des fruits et légumes issus de l’agriculture intensive (dont plus de 3,1% contenait des quantités supérieures aux limites imposées par la loi) ». De ces études, il ressort donc qu’en moyenne, les consommateurs ont 18 fois plus de risques de trouver un résidu de pesticide dans un aliment issu de l’agriculture intensive que dans un aliment issu de l’agriculture biologique.
L’agriculture biologique apparaît donc comme une agriculture respectueuse de l’écosystème, mais peut-elle à elle seule nourrir l’humanité entière, surtout en ce moment où la population mondiale est en forte croissance ? bon à méditer.


Marcel AKONARO

Aucun commentaire