ALERTE MICAH!

La RCA fête ses 56 ans au rythme d'appels à la paix

La République centrafricaine (RCA) a fêté les cinquante-six ans de son indépendance cette semaine avec un concert de cinq groupes de hip-hop locaux, organisé par le Ministre de la culture en collaboration avec la Mission de paix onusienne pour le pays (MINUSCA) et les deux radios les plus importantes du pays, Guira FM et Radio Ndeke Luka.
Le hip-hop est un style musical très populaire chez les jeunes Centrafricains et il est porteur de messages.
« Le hip-hop est notre arme pour tuer la violence et toucher la jeunesse » a affirmé Lionel Fotot, 21 ans, membre du groupe Enygmatik qui a participé au projet de hip-hop collectif, ajoutant « les jeunes sont beaucoup instrumentalisés de nos jours et vu qu'ils écoutent beaucoup de hip-hop nous nous avons collectivement décidé d'utiliser notre art et notre passion pour faire appel à la cohésion sociale et à la paix durable. »
Dans un discours prononcé à l'occasion de la fête nationale, le Président de la RCA, Faustin Touadéra, a souligné que le pays marquait l’anniversaire de son indépendance alors qu'il se trouve miné par des violences persistantes.
Selon lui, les programmes de Démobilisation, de désarmement et la réinsertion (DDR) négociés constituent la clef pour permettre au pays de sortir de la crise de façon pacifique et durable.
« Parallèlement nous avons mis en route le programme de restructuration de nos forces armées pour qu'elles deviennent apolitiques et professionnelles, en vue d'assurer défense du territoire national et la protection de la population civile» a déclaré le Président, assurant que le gouvernement continuerait à tout mettre en oeuvre pour rétablir la paix et la sécurité.
Faustin Touadéra a affirmé que l'indépendance politique que le pays a obtenue doit être accompagnée d’une indépendance économique, évoquant la stratégie de relèvement que le pays a présenté aux bailleurs de fonds en novembre dernier.
Le Président centrafricain a demandé aux groupes armés actifs dans l'arrière-pays « d'arrêter la folie » et qu'ils n'oublient pas qu'ils seront rattrapés par la justice.
Bien qu’il ait franchi une étape majeure dans sa sortie de crise en menant à bien l'élection présidentielle cette année, le pays connait une période difficile, avec une situation sécuritaire précaire et ce alors que près de la moitié de la population a besoin d’assistance humanitaire.

Credit Photo: ONU/MINUSCA
Guira FM

Aucun commentaire